Évoluer…

Fév 12, 2020 | 0 commentaires

le triste constat d’un burn-out créatif

Voilà trois ans que je réfléchis à la façon de faire évoluer mon travail…

 » J’ai l’impression de plus être la même personne
C’est comme si d’un coup je me remettais d’une cuite qui avait duré… genre deux ans
C’est long deux ans ! »

#Fauve « Rub a Dub »

Eh ben, moi, ça fait trois ans… C’est long trois ans ! Interminable même… Imaginez un peu la gueule de bois ! Pendant 15 ans, j’ai enchainé les projets, les idées, avec un enthousiasme jamais démenti (comme je suis nostalgique de cette période ! ). C’était plus ou moins long et plus ou moins réussi, mais je sentais que je faisais quelque chose qui me faisait du bien. Je me complaisais dans l’insatisfaction (l’herbe est toujours plus verte ailleurs !), mais en fait, je ne connaissais pas mon bonheur !

Les événements personnels ont bouleversé ce mode de fonctionnement. J’ai perdu tous mes repères et depuis 3 ans, j’essaye de reconstruire. Je force cette reconstruction. Je m’échine, je sue sang et eau. Et évidemment, rien ne sort de ce combat perdu d’avance.

Finalement, j’ai compris que cette réorientation professionnelle, si elle devait avoir lieu, avait son propre temps. Ce n’est pas tellement moi qui décide. Je continue de chercher et de travailler. J’ai notamment entrepris un travail de recherche sur le textile. J’apprends le tissage, la broderie, la couture… Mais je n’ai pas de projet derrière cette recherche. c’est une recherche en blanc, en creux. Très différente de celle à laquelle j’étais habituée. Autrefois, je m’emparais d’une idée et je la suivais. Un petit tank courageux.. Là, rien. Il n’y a pas d’idée. Il y a un fil (c’te bonne blague !) mais pas de cadre, pas d’objectif. Je fais des choses, mais je ne sais pas ce que je fais. C’est très déroutant et ça nécessite un lâcher prise qui, à lui tout seul est déjà un boulot à plein temps !

Ce n’est pas seulement une crise créative, c’est une crise existentielle. Dans ce monde qui change, (et j’entends monde au sens large et au sens plus étroit de mon environnement direct), je ne sais plus quelles sont mes valeurs, où je vais, où je veux aller, avec qui et comment…

La solution pour en sortir ?

Quand on est entrepreneur et/ou artiste, et même si on est tout petit, seul et isolé, il y a des moments où il faut retrouver sa vision, penser en grand, rêver solaire. Mais quand la vision fait défaut, c’est tout l’édifice qui chancèle et on perd pied. Il me semble alors bien difficile de la reconstruire. Est-ce quelque chose que l’on peut forcer ?

Je sens intuitivement que j’ai des choix à faire, des jalons à poser, que cela va nécessiter ENCORE (!!!) du temps. Rien à faire, je ne peux pas aller contre. Je suis obligée de l’accepter, de faire mien ce temps décousu. Pour le rendre moins pénible, m’en faire un allié.

Donc, pour l’instant, voici où j’en suis :

  • je me laisse le temps de l’expérimentation
  • je regarde ce que font les autres sans me laisser écrasée par leurs réussites ou leurs échecs – je ne me compare pas (euh… j’essaye…)
  • je collecte, rassemble, trie : l’expérience, l’inspiration, les ressources…
  • je fais des mood et vision board
  • et j’attends…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez par mail les derniers articles, une fois par semaine.